5 conseils pour gérer la pression du buteur

Bonjour cher serial-buteur aujourd’hui on se retrouve pour une nouvelle vidéo qui parle mental et qui va t’offrir 5 conseils pour gérer la pression du buteur ! En effet la pression du buteur peut vous faire manquer même des tirs faciles et d’autant plus la pénalité de la gagne…

Heureusement, je vous partage 5 conseils simples et concrets pour apprivoiser, gérer et sublimer la pression du buteur !

Vidéo sur les 5 conseils pour gérer la pression du buteur

Retranscription texte de la vidéo pour gérer la pression du buteur en match :

“Ok, bonjour à tous les sérials buteurs !

Aujourd’hui, on se retrouve pour une vidéo concernant la gestion de la pression, la performance en match et comment mieux gérer les conditions de tir important, voire de pénalité de la gagne…
J’ai titré cette vidéo : « 5 astuces, 5 conseils pour mieux gérer la pression ». Et on va vraiment aborder différents domaines. On va parler d’aspects techniques concernant le rythme. On va parler de la cible. On va parler aussi de l’état d’esprit.
Et on va partir tout de suite sur le premier point qu’est le rythme.

TRUST YOUR RYTHM (Fais confiance à ton rythme)

Alors, chose que j’observe quand même fréquemment, de manière régulière : c’est qu’en match, il y a un problème au niveau du rythme de course.
Pas plus tard que la semaine dernière, il y a un jeune buteur qui me demandait… que je puisse analyser sa technique. Il m’a envoyé des séquences de vidéo à l’entrainement et en match. Et en match, c’était criant… son allure de course pour aller jusqu’à la balle était beaucoup plus rapide. Alors, sa technique était bonne, je lui ai fait certains retours : je lui ai dit « Attention, ton rythme de course est beaucoup plus élevé en match qu’à l’entrainement. »
Alors, à quoi c’est dû ? C’est dû en général à un facteur de stress et d’empressement. En match, on est… c’est un contexte de pression et on a tendance à vouloir vite évacuer la frappe pour passer à autre chose et ne pas rester dans cet état de stress etc… Donc d’habitude, comment ça se concrétise ? Donc, on passe un peu moins de temps à regarder les poteaux, à regarder la balle etc… Et en plus, on a tendance à avoir un rythme plus élevé.
Alors, je ne suis pas contre un rythme élevé de course à part pour les adolescents chez qui, je conseille vraiment de venir en marchant et en contrôle vers la balle. Mais il faut vraiment que ce rythme de course soit callé, intégré. Il faut vraiment que ce soit une seconde nature pour pas qu’il y ait de surprise en match. Si vous avez un rythme plus élevé, vous allez vous présenter très différemment face à la balle et face au tee. Et vous allez vous dérégler sans forcément comprendre pourquoi.
Donc, travaillez sur votre rythme de course, qu’il soit en marchant crescendo, en courant … Mais surtout, surtout appliquez-vous à avoir le même en match même si vous êtes stressé, même si vous êtes pressé de taper et même si vous êtes vraiment impatient de voir ce que va donner votre tir. Prenez votre temps, prenez le temps nécessaire que vous prenez d’habitude quand vous êtes à l’entrainement et que vous enquillez le vendredi soir par exemple après l’entrainement.

AIM SMALL, MISS SMALL (Vise petit, rate petit)

On va parler maintenant de la question des cibles et de l’attention. Donc, quand on est dans un contexte de match, on peut vite… on peut vite être distrait, et déconcentré par tout un tas de facteurs. Donc, effectivement… Donc, déjà par nos pensées internes… De nous dire : ‘’ Celle-là, il faut que je la passe’’. Ou d’autres styles de pensée. On peut être déconcentré par l’enjeu du tir. On peut être déconcentré par les cris des supporteurs, par le mouvement, par le vent etc…
Donc, en fait, pour pouvoir vraiment exceller en tir au but en match… J’enfonce une porte ouverte une nouvelle fois… Mais il faut être concentré, il faut être attentif. Et le meilleur moyen de ne pas être distrait, déconcentré, c’est d’aborder le tir au but comme quelque chose qui concerne : le buteur, une cible au niveau de la balle et une cible si possible après les poteaux.
Donc, au moment où vous allez prendre vos pas de recul, fixez votre attention sur la zone de la balle à contacter. Ça va être quelque chose de très petit en taille. Et ça va fixer votre attention sur quelque chose de petit qui peut sembler effectivement un détail. Mais plus c’est petit, plus ça va fixer toute votre attention vers un seul endroit. Donc, ça c’est la première cible.
Et la deuxième cible, vous allez fixer… Moi j’encourage à prendre une cible au-delà des poteaux, immobile etc… J’ai fait toute une vidéo sur la cible. Je mettrai une fiche en haut de l’écran. Et le fait de pouvoir porter son attention sur de toute petites choses, mais qui sont pourtant fondamentales, qui sont cruciales va vous permettre d’être plus facilement concentré, plus longtemps et d’être moins distrait. Et vous comprenez facilement qu’avec ces différents leviers que je viens de décrire, vous allez mieux réussir vos coups de pieds en match.

PLACEMENT DE LA BALLE AU MILLIMÉTRÉ PRES

Le troisième point, ça va être concernant le placement de la balle sur le tee. Donc, le tir au but, vous en avez fait des centaines et des centaines, voire des milliers… Et vous allez positionner votre balle en général tout le temps de la même façon. Donc, la position… la position peut évoluer tout au long de votre carrière, mais en général sur plusieurs mois ou sur plusieurs saisons, la position de la balle ne change pas.
Et donc, ce que j’ai pu expérimenter déjà pour moi, mais observer chez certains buteurs, c’est que la position de balle peut parfois être un peu différente soit par inattention… Et ça peut arriver. Donc, on place la balle, on recule, on recule, on check et puis on revient la positionner. Et ça, c’est vraiment quelque chose à faire : Placez votre balle, reculez, checkez et ensuite prenez vos pas habituels. Pourquoi ? Parce que si vous placez votre balle un peu différemment, même sans faire exprès, que vous preniez vos pas de recul, vous commencez à vous concentrer au niveau de poteaux etc… Prendre votre routine, vous allez peut-être vous rendre compte à la moitié de votre rituel que la balle n’est pas placer comme il faut. Et ça peut être un grand, grand facteur de désorganisation. Donc, c’est pas comme d’habitude. Donc, la balle, elle va un peu plus pencher sur le côté ou vers l’avant et c’est vraiment un facteur déconcentrant. Donc, en soit ce n’est pas impossible de la passer quand même, mais c’est un facteur que j’ai observé qui peut rapidement décontenancer le buteur tout de même, même si la différence est infime. Mais on ne va pas tout à fait connecter la même zone de la balle, on ne va pas tout à fait avoir les mêmes sensations, la même traversée, et c’est la porte ouverte à des erreurs grandement évitables. Donc, soyez vraiment intransigeant sur votre positionnement de tee et sur le positionnement de la balle sur le tee… quitte à prendre quelques pas de recul pour ensuite re-checker tout ça.

INCLURE DE LA PRESSION A L’ENTRAINEMENT


Donc, le quatrième point, le quatrième conseil pour vraiment mieux gérer la pression … et j’en ai déjà parlé et je vais en reparler aujourd’hui parce que c’est vraiment fondamental. Entre l’entrainement et le match… Donc, je mettrai deux photos qui vont parler d’elles-mêmes, qui vont vous montrer que ces deux environnements sont complètement différents.
A l’entrainement vous allez être sur votre terrain, avec votre ballon, vous allez être seul. Aujourd’hui, on a de la chance, il fait beau, donc vous allez être à la cool. Mais en match, vous êtes en compétition, en situation de stress. Vous venez d’enchainer des placages, des passes, la gestion du jeu… Et on vous demande de vous centrer, de vous concentrer, de faire le calme pour passer une pénalité si ça se trouve, super importante, un peu délicate etc… Donc, c’est deux environnements complètement différents. Donc, si vous n’intégrez pas les données du match à l’entrainement, il se peut que vous soyez atteint du syndrome du meilleur buteur du monde à l’entrainement, c’est-à-dire que vous enquillez tout le vendredi soir, puis le dimanche à 15H, c’est des trous d’air, c’est des jours sans… Vous faites parfois des 30%, des 50%, des 60%. Il des dimanches où tout se passe bien et des dimanches où tout se passe mal.
Donc, vraiment pour inscrire cette régularité de haut pourcentage de réussite, donc aux alentours de 80, 90%, ça commence à être très sérieux… intégrez des données du match à l’entrainement. Donc, c’est très simple. Je l’ai déjà dit et je vais le répéter : faites des entrainements avec un petit peu de cardio, sans vous ruiner les jambes. Mais vous devez vous entrainer à buter sous fatigue. Vous devez vous entrainer à buter après des actions de match. Pourquoi pas demander à votre entraineur pendant que vous faites du jeu général à l’entrainement d’intégrer les pénalités. Peut-être une ou deux. Donc, ça prendra deux minutes sur le temps général, sur le temps d’entrainement. Mais vous devez vous habituer à enchainer les tirs au but après les actions complètement différentes qui vont vous demander une toute autre concentration.
Vous pouvez rajouter du bruit, des chants de supporteurs, de la music etc… Rajoutez du mouvement ou tout autre facteur du match qui peut vous perturber dans ces conditions, il faut les intégrer à l’entrainement.
Ça c’est vraiment l’astuce, le hack entre guillemets qui permet vraiment d’être super prêt le jour du match, de ne plus être surpris par un quelconque facteur et de buter avec la même aisance, la même confiance en match et à l’entrainement.

ETAT D’ESPRIT CONFIANCE MENTAL ET TUTTI QUANTI


Bon, le dernier facteur, ça va être la question de l’état d’esprit. L’état d’esprit, de suite… c’est un petit moins concret. C’est peut-être un petit moins palpable. Mais l’état d’esprit y fait pour beaucoup. En général, le jeu au pied, le tir au but, c’est quelque chose qu’on aime faire, on n’a pas peur d’investir du temps là-dedans. On prend du plaisir. Ça peut même être une passion. Et le jour du match, ça devient une contrainte, ça devient quelque chose d’un peu difficile à assumer.
En match, c’est un petit peu votre moment. Comme je l’ai dit tout à l’heure, vous allez vous retrouver vous-même avec votre tee, votre balle et votre cible. C’est un moment pour vous, même si il y a des centaines de personnes, voire des milliers de personnes qui vous regardent. C’est un moment pour vous, où vous devez vous contenter sur votre technique et sur ce que vous savez faire depuis des années. L’état d’esprit, c’est profiter du moment, vous faire confiance. C’est-à-dire… Se faire confiance, c’est savoir que cette pénalité-là, 30 mètres en face, je l’ai déjà tapé des centaines de fois et aujourd’hui, je vais la mettre en plein dans le mil. Simplement pouvoir croire et s’accorder cette valeur de pouvoir être capable de… Si vous vous sentez capable de… Et que vous avez confiance en votre technique, la question de la pression, du mental etc… vont vite être réglées et vous allez vraiment prendre du plaisir en match. Et dès qu’il y aura une pénalité, vous allez vous faire confiance. Et cette confiance-là vous allez la transmettre à vos coéquipiers et à votre capitaine qui ne vont plus avoir peur. Ils vont se dire : « Ah tient, celle-là, elle est trente mètres en coin, mais on prend les trois points, on prend les poteaux parce qu’on sait que ça va faire kine ». Et ça c’est très, très important. C’est quelque chose de très sympa à vivre… Déjà cette confiance en soi et ensuite qu’elle soit répartie au niveau de vos coéquipiers et au niveau de votre staff… et de savoir que vous êtes un véritable snipper ou un sérial buteur comme j’aime le dire.
Et, je pense qu’on arrive à la fin de cette vidéo sur les cinq astuces pour mieux gérer la pression. Donc pour résumer : Adopter un rythme stable, le même qu’à l’entrainement. Prenez des cibles et fixer votre attention sur les petites choses pour ne pas vous laisser distraire. Le placement de la balle doit être strictement identique qu’à l’entrainement. Ajouter des données du match lors de vos training et ensuite… faites-vous confiance, faites-vous plaisir. Essayez que ce soit un moment de kiff, ce moment en match. Et puis, le reste vous appartient.

Mot de fin sur la pression du buteur


Je vous remercie pour votre visionnage. Vous pouvez vous abonner, cliquer sur la cloche des buteurs pour être au courant des prochaines vidéos. En description, le premier lien c’est cinq vidéos gratuites et exclusives qui sont destinées à tous les buteurs qui veulent régler les derniers détails pour performer en match. Donc clique sur le lien. J’ai besoin de ton prénom et ton e-mail, et tu recevras les vidéos dans quelques instants dans ta boite mail.
C’était Vincent pour la chaine Culture Rugby. A très bientôt. Chao ! Chao !”

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.