Pression des ballons – Diego Dominguez – Manomètre

Pression des ballons – Diego Dominguez – Manomètre

24 mai 2018 0 Par Vincent

La pression des ballons est un facteur déterminant dans votre réussite face aux poteaux. Le buteur doit y porter une attention toute particulière pour tous ses entraînements et lors de chacun de ses matchs !

Cet article permettra de naviguer entre la notion de pression du ballon, l’apport de Diego Dominguez dans ce domaine et enfin l’outil du manomètre. En conclusion vous retrouverez des considérations importantes pour bien gonfler son ballon de rugby.

1 / Pression du ballon

La pression influence grandement la qualité du toucher et du rebond, la trajectoire, la dureté etc. Un ballon gonflé à une pression adéquate à la pratique, est un ballon plaisant à utiliser.

Un ballon pas assez ou trop gonflé perd de ses qualités. Le plaisir de jouer s’en ressent immédiatement, ainsi que la réussite dans l’exercice du tir au but à fortiori !

Une pression indicative se situe sur les ballons Gilbert…

Crédit (original) : Grant Cole

Nous pouvons lire ici 9,5 – 10 PSI. C’est l’écart de pression recommandé par la maison Gilbert pour ses ballons. Une pression entre 9;5 et 10 semble être aussi applicable pour les ballons d’autres marques.

“PSI” est une unité de mesure de pression anglo-saxone au même titre que le Bar en France !

PSI est l’abréviation du nom complet livre-force par pouce carré.

La relation entre PSI et Bar est : 1 PSI = 0,0689476 Bar

2 / Diego Dominguez

Impossible de consacrer un article à la pression des ballons de rugby sans parler de Diego Dominguez ! Diego Dominguez est un joueur italo-argentin ayant porté les couleurs du Stade Français de 1997 à 2004. Il fut champion de France à quatre reprises avec le club de la capitale. Il est par ailleurs le meilleur marqueur de l’équipe nationale d’Italie avec un total de 983 points.

Demi d’ouverture très juste techniquement, il était aussi un excellent buteur. Il marqua son époque correspondant au début du rugby professionnel. Buteur très efficace, deux anecdotes le concernant sont marquantes.

La première, il utilisait apparemment une paire de crampons neuve pour chaque match !

La deuxième, plus intéressante, est d’avoir trouver une pression de ballon “parfaite”. Il l’appliquait tant aux entraînements que pendant les matchs. Encore aujourd’hui, le Stade Français habitue leurs buteurs à jouer avec cette fameuse pression.

Cette dernière est toujours secrète, mais nous verrons dans la prochaine partie, comme s’en approcher !

En grand technicien, Diego Dominguez a popularisé l’utilisation d’un manomètre pour mesurer avec précision la pression des ballons de rugby. Celle-ci peut donc être facilement constante entre les différentes balles qu’utilisent les joueurs.

3 / La manomètre

La manomètre est donc un outil de mesure de pression.

C’est un outil pratique qui peut être intéressant de se procurer quand on est buteur et que l’on cherche à s’équiper avec des outils de qualité.

Cependant il n’est pas indispensable à la pratique du jeu au pied en rugby. Les outils indispensables du buteur, qui demande un investissement certain, sont le tee, les crampons et les ballons. Article sur le matériel du buteur ici <– !

Comme expliqué en préambule, la pression des ballon est un facteur important. Le sous-gonflage ou le sur-gonflage provoque une perte des qualités de la balle.

4 / Les principes de base de la pression du ballon

Une bonne pression du ballon permet à ce dernier de se déformer sous l’action du pied au moment de la frappe.

Sous l’action du pied, la balle se déforme. En effet, elle “encaisse” l’énergie cinétique du buteur afin d’être projetée vers l’avant ! Cette déformation de la balle est donc tout à fait normale. Elle se situe majoritairement du côté du pied mais aussi à son opposé.

Avec une pression bien choisie, la balle reprend rapidement sa forme initiale après le coup de pied et entame sa trajectoire.

Ces quelques considérations mises en images vont nous permettre de comprendre aisément les méfaits d’une erreur concernant la pression des ballons de rugby.

5 / Un ballon sous-gonflé

Retrouvé chez le buteur qui ne veut pas se faire mal au pied, le ballon sous-gonflé n’est pas une aubaine pour autant.

Au moment du contact du ballon avec le pied, la balle va se déformer excessivement.

Avec un ballon sous-gonflé, les points de contact entre le pied et la balle vont être trop nombreux, elle ne va jaillir du pied du botteur. Le crampon du buteur va littéralement s’écraser sur un objet trop mou. Le ballon aura perdu d’ailleurs l’ensemble de ses propriétés de rebond vers l’avant !

6 / Ballon sur-gonflé

Spécialité des buteurs s’engageant grandement dans leur frappe, le ballon sur-gonflé présente lui aussi ses travers.

La balle, gonflée de toute part d’air, ne pourra se déformer sous l’action du coup de pied. La qualité du contact de balle va être amoindrie. 

Pourtant, cette petite déformation mise en image plus haut est absolument nécessaire pour que le ballon puisse emmagasiner l’énergie cinétique provenant du buteur.

Le contact entre le ballon et le pied se fera sur une modalité proche de la douleur et impactera la qualité de traversée du botteur ! Par ailleurs, le contact sera trop rapide avec peu de points de contact entre balle et pied. Le bruit sera certainement “sec” et la balle va jaillir du pied trop rapidement.

7 / Comment bien gonfler son ballon

Avec un manomètre, il suffit de respecter la préconisation de la maison Gilbert (9,5 – 10 PSI).

D’ailleurs, vérifiez bien que votre manomètre indique la pression en terme de PSI et non seulement en Bar. Sinon, effectuez une conversion.

Facteur primordial dans le tir au but, le ressenti de la frappe est trop mis à mal dans le cadre d’un sous(-sur) gonflage. D’ailleurs, la valeur indiquée est un fait, une mesure. Cette dernière ne pourra jamais remplacer le ressenti du buteur.

Si votre pied s’écrase sur le ballon et que vous ne ressentez pas de résistance dans ce dernier, vous êtes sûrement dans un cas de sous-pression.

La sur-pression du ballon est plus facile à détecter. Le ballon est “dur comme une pierre”, peut faire mal au pied et le son de la frappe est sec. Dans ce cas, plantez une aiguille non reliée à sa pompe au niveau de la valve et laissez s’échapper un peu d’air.

En résumé et pour conclure

  • La pression est un facteur primordial
  • Diego Dominguez  trouvé une pression de référence mais elle est secrète
  • On peut s’en approcher en respectant les principes de base & par l’expérience
  • Une balle sous-gonflée a perdu ses qualités de rebond, elle vous fait perdre en distance
  • Une balle sur-gonflée jaillit trop vite du pied, perte de contrôle possible
  • Un manomètre est un outil efficace, cependant non indispensable
  • Respectez les principes de bases et fiez-vous à votre ressenti
  • La pression doit être identique entre chaque ballon du même modèle
  • La pression doit être ajustée avant tous les entraînements et les matchs !

Merci de laisser vos réactions en commentaires 🙂 !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages