Jonny Wilkinson – Mémoires d’un perfectionniste (2/2)

Jonny Wilkinson – Mémoires d’un perfectionniste (2/2)

26 juillet 2017 0 Par Vincent

Note : ceci est la deuxième partie de la chronique sur l’autobiographie de Jonny Wilkinson. La première partie se trouve ICI.

8 / Jonny vit avec une caméra constamment braquée sur lui

Non, il n’est pas suivi H-24 par un paparazzi. Non un Biopic n’est pas en train d’être réalisé sur lui. Non il ne prend pas des selfies à longueur de journée.

Cette caméra est imaginaire et c’est la sienne. Il vit avec, et elle filme toute la journée. Si Jonny fait quelque chose de travers, de manière non parfaite, la caméra l’enregistre et il imagine que la vidéo sera montrée à lui et à ses proches.

Cette caméra le pousse à être conscient de tout ce qu’il fait et de tout faire de manière parfaite. Le côté obsessionnel de Jonny n’est pas un euphémisme et paraît être à son paroxysme … tous les jours de sa vie via cette caméra imaginaire.

9/ Il a le même pouvoir que Jason Bourne

Au début du chapitre 16 de son autobiographie, Jonny décrit une super-faculté que possède le personnage de Jason Bourne en rentrant dans un bar, dans le film La mémoire dans la peau.  Jonny “pense avoir développé le même instinct”.

Voici un petit comparatif entre Jason et Jonny :

Jason Bourne : Peut donner le nombre exact de personnes dans le bar / Qui est gaucher et qui est droitier / Le meilleur moyen pour s’enfuir
Jonny Wilkinson : Remarque de suite qui l’a repéré / Les personnes ayant un appareil photo / Qui fait semblant de téléphoner pour le prendre en photo / La meilleure place où s’asseoir pour “déguerpir si nécessaire”

Ce paragraphe décrit l’hyper vigilance qu’a développé Jonny dans certains lieux publics en lien avec son anxiété et sa popularité après la Coupe du Monde 2003.

“Mais, tout simplement, en public, je ne suis pas suffisamment à l’aise pour discuter d’autres sujets que le rugby. Dans ces cas-là, je me renferme. Dès que je quitte le terrain, je ne suis pas très bon.”

Les sorties au restaurant, au cinéma et encore plus dans des concerts où il devient “une cible facile” sont compliquées. La situation la plus pénible pour Jonny Wilkinson s’est déroulée dans le bus l’amenant à son avion pour un vol EasyJet à destination de Newcastle. Dans le bus, assis dans un coin, bonnet “enfoncés jusqu’au yeux” et faisant semblant de lire un livre, Jonny a été repéré par une personne fêtant un enterrement de vie de garçon avec un groupe ayant commencé l’apéro très tôt. Ils ont ensuite scandé son nom durant tout le trajet en bus… puis pendant le vol ! De fait, tous les autres passagers observaient Jonny…

“Ceci explique pourquoi je passe mon temps loin de tout, loin des mondanités.”

10 / Il lui est arrivé de louper le coup de pied de la victoire

Comme vous le savez, Jonny Wilkinson est une “kicking-machine”. Une sorte d’assurance tout risque.. Un problème ? Jonny claque un drop ! 2 points de retard ? Jonny peut taper une pénalité, un tir au but longue distance. Il a souvent été le facteur X de son équipe, marquant 3 points par 3 points et assurant la plupart du temps la victoire pour son camp.

Comme pour beaucoup de grands champions de n’importe quel sport, Jonny a essuyé des échecs, difficiles à accepter !!!

ET OUI, Jonny a déjà raté le coup de pied de la victoire ! Il nous relate cet épisode dans son livre. C’est un match qu’il dispute avec Newcastle contre le Leinster d’un certain Brian O’Driscoll. Le match est très serré, physique ! Inga marque un essai en fin de match. La transformation ramènerait Newcastle à égalité mais Jonny la loupe !

Jonny a une dernière occasion de marquer un essai en coin mais O’Driscoll le pousse en touche… L’après match est très compliqué pour Jonny :

“La déception, après coup, est grande”

“Je me sens responsable”

“J’ai laissé tomber mes coéquipiers qui ont travaillé comme des dingues et méritaient mieux”

“Je me sens fautif sur l’essai”

“Je suis très en colère”

Clive Hoodward vient le voir après le match mais Jonny est tellement frustré qu’il en devient grossier avec le sélectionneur national ! C’est son frère Mark qui essaie tant bien que mal d’arrondir les angles.

Pour un peu mieux comprendre comment Jonny fonctionne et les mouvements qui le traverse je vous livre sa réaction au lendemain du match :

“Pour parvenir à sortir de cette spirale, je suis dehors dès le lendemain matin pour taper. Je prends dix ballons et tape 50 fois de l’endroit exact où j’ai échoué la veille. Ce n’est pas vraiment un entraînement mais cela a le pouvoir d’éloigner mes démons pour quelques heures“.

11 / Sa meilleure expérience en tant que joueur de rugby est …

Jonny Wilkinson a vécu beaucoup d’expériences. Il semble avoir traversé plusieurs vies sportives en une seule carrière. Il a remporté beaucoup de matchs, de trophées très prestigieux et pourtant sa plus belle expérience n’est pas celle que vous croyez ! Ce n’est pas son drop en 2003, ni d’avoir été élu meilleur joueur de l’année, ni aucun titre d’ailleurs !!!

Un indice :

“Jouer tous les deux dans la même équipe a été la plus belle expérience de ma carrière”.

Mais de qui parle Jonny ?

“C’est sans aucun doute l’une des plus belles sensations que j’ai éprouvés sur un terrain de rugby”.

Fin du suspens : 

“Pour moi, jouer à côté de Sparks a été aussi important que de jouer avec les Lions ou l’Angleterre”

Mais qui est SPARKS ?

Crédit : Getty Images

Ce profil ne vous rappelle personne ???

Je parle bien évidemment de son frère, Mark Wilkinson, qui a été “dans l’ombre” de Jonny, de fait, mais qui a eu tout de même une carrière au plus haut niveau et notamment à Newcastle ! Son frère ayant donc des qualités athlétiques, parfois meilleures que celle de son petit frère Jonny …

12 / Son frère a un coup de pied plus puissant que lui !

Jonny est connu pour la qualité de son coup pied. Autant dans le domaine de la précision que de la puissance.. Et pourtant son frère Mark a un coup de pied plus puissant …

“Peu de gens savent que Sparks (Mark) est un excellent buteur. Il possède de longues jambes, il tape formidablement haut”.

Quand le nouvel hôtel Hilton de Newcastle ouvre ses portes sur les quais de la ville, Jonny, Mark et Tom May s’y rendent et ont l’idée de taper des coups de pieds par dessus le bâtiment. Ils portent tous des baskets et ne peuvent donc pas “mettre toute la sauce”. Jonny envoie un ballon sur le toit, ce qui ne lui déplaît pas ! Au moment de partir, Mark “décoche un tir vrillé monstrueux”. Le ballon passe par-dessus l’hôtel, rebondi longuement sur les berges de la Tyne, avant de tomber dans l’eau.

Jonny ponctue cet épisode par : “J’aimerais bien pouvoir taper aussi loin que mon frère”. Ce qui n’est pas rien venant du second meilleur réalisateur de tout les temps !

13 / Jonny Wilkinson a connu une période de dépression

Après la Coupe du Monde 2003, Jonny Wilkinson a connu une longue période avec de nombreuses blessures (environ 17 sérieuses..). Ce temps a largement entamé son moral. Toute sa vie et ses objectifs étaient orientés vers un seul et même domaine : le rugby ! Et vers une seule ambition : devenir le meilleur joueur de rugby au monde.

Mais quand les blessures l’ont empêchés de travailler vers cet objectif Jonny a eu du mal à le supporter.

“Au début, ce n’est qu’une pensée, une simple mésestime de soi et de ma vie”.

Les exemples qui laissent penser que Jonny était en difficulté lors de cette longue période de blessure-rééducation-rémission-retour-rechute sont nombreux :

“Je ne dors que trois ou quatre heures par nuit.”

“Mes insomnies sont quotidiennes”.

“Un jour, je reviens de l’entraînement l’esprit encombré par ces idées noires”.

“Je ne trouve aucun moyen d’enrayer mes pensées négatives”.

C’est grâce à un psychothérapeute américain installé à Londres que Jonny sort peu à peu de sa dépression. Il s’entretient avec lui une fois par semaine par téléphone. Quand on pose le mot “dépression” sur ce qu’il est en train de vivre, Jonny se dit “heureux de l’entendre”, comme soulagé qu’on puisse reconnaître sa souffrance, la prendre en compte et l’aider à aller mieux.

Parallèlement la découverte de la pensée bouddhiste et de certains grands orateurs tels que Gandhi ou Eckhart Tolle l’ont énormément aidé à prendre du recul, soulager son état d’anxiété et à adopter un état d’esprit plus sain.

14 / Il forme un groupe de musique avec Carl Hayman

Quand Carl Hayman arrive à Newcastle, il devient le dernier membre en date du groupe de musique dont fait partie Jonny. Toby Flood fait également partie de la bande.

La musique est un des rares domaines de vie où Jonny Wilkinson n’est pas fixé sur le fait de progresser chaque jour et de devenir parfait. Il semble que la guitare, l’instrument dont il joue dans son groupe de musique soit thérapeutique.

“J’adore passer du temps dans notre studio avec les autres. Je peux me laisser totalement absorber. C’est probablement le seul endroit où je peux ressentir les mêmes vibrations qu’en jouant au rugby”.

Les inspirations musicales de ce groupe sont assez larges. On y retrouve notamment les Stones, Oasis ou encore les Artic Monkeys.

Ce groupe a ensuite perduré quand Jonny et Carl se sont retrouvés du côté de Toulon !

15 / Il a créé une marque de vêtements avec son frère

Ce dernier point ne se trouve pas dans son autobiographie. La marque a en effet été lancée à la fin de l’année 2011. La marque s’appelle Fineside et tend à être une gamme sportive et haut de gamme.

C’est donc un projet qui a été initié avant la fin de sa carrière avec son frère Mark et sur lequel il s’investit beaucoup plus depuis qu’il a pris sa retraite sportive.

Vous pouvez retrouver leur site ici –> FINESIDE

Comme vous pouvez le constater, aucune référence directe à Jonny n’est faite dans la ligne de vêtement. C’est en effet un autre projet, qui se dégage de sa carrière sportive.

Les prix sont assez élevés mais la qualité est au rendez-vous. Pour ma part j’ai déjà commandé il y a quelques années deux t-shirts et un bonnet qui depuis font toujours partie de mon dressing. 🙂

Si vous avez apprécié cette chronique vous pouvez,

Lire plus de commentaire à propos de son autobiographie

Procurez-vous son autobiographie

Son autobiographie en version originale :

Je vous invite à liker la page Facebook de Culture Rugby si vous souhaitez être tenu au courant des prochaines chroniques 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages