Les fondamentaux du jeu au pied par Jonny Wilkinson

Les fondamentaux du jeu au pied par Jonny Wilkinson

17 juin 2018 1 Par Vincent

Bienvenue sur cet article qui est une traduction du livre écrit par Jonny Wilkinson How to play rygby my way. Vous retrouverez donc les fondamentaux du jeu au pied par Jonny Wilkinson himself ! Bonne lecture…

Les fondamentaux du jeu au pied par Jonny Wilkinson

Le jeu de rugby se compose de coups de pied très divers – en mouvement, immobile, depuis un tee, avec des adversaires défendant sur vous, chandelle, recherchant de la distance ou une position sur le terrain. Chaque tir est différent parce-que chaque match est différent.

Je parlerai de chaque tir de manière plus individualisée dans les prochains chapitres, mais il existe des bases communes très importantes. Ces points communs constituent le centre de la technique qui devra devenir une seconde nature pour vous. Avec le même principe que pour la passe et le placage – vous devez acquérir les fondamentaux avant de développer, perfectionner et agrandir votre bagage technique.

Si vous n’avez pas acquis ces basiques et que vous vous retrouvez en match, avec peu de temps, sous pression, à tenter quelque chose de nouveau, le risque d’erreur est alors considérable dans ce moment crucial.

Donc voilà de quoi traite ce chapitre d’introduction au jeu au pied : les dénominateurs communs qui relient chaque tir dans le domaine du jeu au pied. Certains coups de pied spécifiques nécessiteront des petits réajustements, mais fondamentalement, si vous devenez fort avec ces éléments, vous serez tout à fait prêt pour le jour du match.

“The J-shape swing” : une invention du coach de jeu au pied Dave Alred

Je ferai référence de nombreuses fois à ce concept dans les chapitres à venir. C’est la pierre angulaire de l’ensemble des coups de pied. C’est pourquoi Dave Alred m’en parle tout le temps et que nous commençons par ce point spécifique. Il est tellement important.

Pour donner un coup de pied, il s’agit de mettre de la puissance sur la bonne zone du ballon et dans le sens de la trajectoire voulue pour la balle. Peu importe le type de tir et ce qu’il se passe autour de vous, vous devez vous sentir en total contrôle indépendamment de la réussite ou de l’échec. Le “J-shape swing” (le swing en J) vous donnera cette confiance.

Le “J-shape swing” permet de dominer totalement l’aspect tri-dimensionnel du tir – vous serez en contrôle de la hauteur (du tir), de la distance et de la direction. Voici pourquoi le swing relie et envoie de la puissance à travers le milieu de la balle dans la direction où elle doit voyager.

Le “J-shape swing” vous permet aussi d’utiliser l’entièreté de votre corps pour créer de la puissance et de la force, donc de libérer une énergie explosive sans effort. Cela signifie que vous pouvez être plus en contrôle, plus délivré, et la balle aura plus de chance d’aller où elle doit aller.

Ξ Cela s’appelle le “J-shape swing” parce-que la partie initiale du swing, quand la jambe s’arme vers l’arrière, représente  la partie arrondie du “J”. Le reste du swing représente quand la jambe s’élève vers le haut et l’avant la partie haute du “J”, c’est à dire une ligne droite (vers le haut).

Deuxième image : Jonny armant son geste, jambe gauche vers l’arrière.
Troisième image : Jonny après la frappe.
Les traits rouges représentent le chemin de sa jambe.
Ce sont des “J” à l’envers, car Jonny est gaucher. Crédit : Hannah Swithinbank

La ligne droite est importante car elle permet, quand votre pied touche la balle, de rester connecté à elle pour un long moment, toujours dans la direction de la trajectoire voulue. Vous transférerez ainsi plus de puissance depuis votre jambe et votre corps vers la balle.

La courbe rouge représente le fameux J (ici “à l’envers” car Jonny est gaucher.

L’autre type de swing que vous voyez réalisé est le “C-shape”. C’est celui que nous essayons d’éviter. Dans ce swing, le pied rencontre la balle dans la partie arrondie du “C” en continuant son mouvement incurvé. Avec cette façon de faire, le pied reste en contact pour une période très (trop) courte. Votre jambe ne transférera pas de puissance à travers la balle dans la direction où elle doit aller.  A la place, votre puissance sera dirigée dans la mauvaise direction. En plus de cela, tout votre poids suivra votre jambe ce qui signifie que vous gaspillez de l’énergie.

Ollie Barkley avec un léger “C-shape swing”. Crédit : PaulSh

Transfert de poids

Un autre facteur dans le “J-shape swing” est le changement de poids (transfert de poids). C’est pour cela que nous parlons du pied d’appui (celui qui ne frappe pas) se déplaçant vers la cible. En effet, le pied d’appui est fermement posé au sol pour votre équilibre quand vous contactez la balle. Seulement, votre corps doit avancer vers l’avant, créer le transfert d’énergie qui envoie le ballon dans la bonne direction.

Donc pour le tir au but nous parlons d’une avancée depuis tee au moment de la frappe, vers les poteaux. Ce sont les mêmes principes avec le coup de pied de volée et le drop. Pour ces tirs, nous parlons de finir sur les orteils et non sur les talons. Parce-que même si cette partie est petite, le fait est que si votre posture se termine sur les orteils, cela signifie que votre tir sera plus précis que si vous finissiez en arrière, sur les talons.

L’idée de transfert de poids est très importante. Parce-que quand vous effectuez ce tir particulier correctement, votre poids du corps suit et avance et rend le tir particulièrement précis et puissant.

Posture

L’autre point clé d’un tir est d’avoir une position forte et solide, capable de créer le maximum de puissance à travers le ballon tout en réalisant un “J-shape swing” sans risque de se blesser.

Une posture forte c’est un corps droit, être fort (gainé) au niveau des hanches et du centre de gravité, sans pencher d’un côté ou de l’autre, tout en étant capable de maintenir une base solide pour que la jambe “swing” en avant et contacte la balle. Tout ceci en restant droit.

Une posture “faible” représente un poids du corps se situant plus d’un côté et une jambe de frappe étant obligé de “swinger” de l’autre côté de cette inclinaison pour compenser l’équilibre, ce qui réduit la puissance.

Tirer avec votre jambe avec une trajectoire rectiligne est vraiment plus efficace et économique (énergiquement) – vous n’avez pas besoin de vouloir tirer fort ce qui réduit le risque de blessure, notamment musculaire.

Exercice de posture “main sur pied”

Cet exercice permet de comprendre et d’intégrer la posture correcte. Asseyez-vous sur une chaise et faites attention à votre posture – corps droit et gainé au niveau des hanches et de la ceinture abdominale, le sternum “sorti”, la poitrine restant solide. Trouvez quelqu’un qui pousse sur le dessus de votre pied, tout en ayant votre jambe “courbée” (“tordue”).

Dans un second temps, restez sur la chaise et maintenant poussez contre la main en gardant votre posture et votre jambe droites ! Ressentez vos quadriceps (muscle dominant sur le devant de votre cuisse) faisant le boulot et transférant de la puissance vers la main qui résiste en utilisant le dessus de votre pied.

Si vous perdez votre posture, s’effondrant sur un côté tout en essayant de pousser contre la main, vous découvrirez que vous n’êtes pas capable d’utiliser le dessus de votre pied (cou-du-pied) et de recruter musculairement vos quadriceps. Et il n’y a pas plus puissant que les quadriceps.

C’est le même principe pour le tir au but. Si vous avez la bonne posture, vous pourrez incliner votre pied, le rendre “dur”, et utiliser les quadriceps pour votre tir.

Si vous êtes dans une posture faible, vous utiliserez l’intérieur de votre pied, l’intérieur de vos quadriceps et transférerez moitié moins de puissance au ballon, avec un risque accru de dévisser à gauche ou à droite.

Imaginez comment tirent instinctivement un groupe de personnes à qui on aurait demandé de taper un ballon de football aussi haut que possible. Combien pencheraient le buste d’un côté et taperaient avec l’intérieur du pied ? Pas beaucoup ! Beaucoup resteraient droit et utiliseraient le dessus de leur pied. La raison pour laquelle les personnes tirent selon ce modèle est qu’il permet d’utiliser le muscle fort, la partie la plus dure du pied et une posture forte et solide.

Posture forte, prête à tirer avec le dessus du pied. Crédit ; Jeff Meade

L’expertise de Dave Alred : La vitre de verre

Il est vital que vous compreniez le concept du “J-shape swing”. Pour cela j’utilise l’image de casser une vitre de verre. Imaginez une vitre de verre vous coupant en deux et passant par le milieu de vos deux yeux (plan sagittal en bleu ci-dessous).

 

 

Quand vous tirez, assurez-vous que votre pied reste toujours du même côté de la vitre. Pour un gaucher, levez votre jambe gauche vers l’avant et vers le haut tout en gardant votre bras droit, droit et devant, ce qui vous aidera à garder votre épaule droite devant, ce qui empêchera à votre pied de tourner quand vous tirez. Ceci est important pour l’ensemble des coups de pied. Votre jambe et votre bras ne doivent pas pivoter, et doivent rester parallèles entre-eux.

Jambe droite tendue devant, bras gauche tendu devant. Les deux sont parallèles. Crédit : Pedro Plassen Lopes

Vous devrez aussi vous assurer que votre poitrine est correctement positionnée à la fin du tir, c’est à dire faisant face directement à la cible.

Si votre jambe ou votre bras traverse la vitre de verre, alors vous effectuez un “C-shape swing”, vous perdrez de la précision et de la puissance de manière certaine.

Position de la tête

Si vous observez, après un bon mouvement de jambe, quand vous regardez la position finale d’un tir au but ou d’un coup de pied de volée, la tête, qui est la partie la plus haute du corps, qui détermine donc l’équilibre,  reste directement alignée avec le nombril, votre centre de gravité. Donc vous finissez sur “une ligne morte (droite?)”, en assurant que le “J-shape swing” est intact.

Cependant, si votre tête est désaxée par rapport à votre centre de gravité et se situe à l’extérieur de votre jambe de frappe, cela provoque une position faible, affectant la puissance et la précision. Vous devez vous corriger pour ne plus faire le redouté “C-shape swing”.

Illustration d’une position de tête désaxée, au-delà de l’extérieur de la cuisse avec James Hook…

Jaune : tête / Rouge : nombril / Vert : bon axe / Orange : axe à corriger. Crédit : rob pughsley

Cible

Visualisez votre cible en visant un point noir spécifique. Vous voulez vous sentir en confiance totale avec la balle – et être le plus précis possible quant à la trajectoire du ballon.

 C’est comme un golfeur approchant le green. Au lieu de viser le green de manière un peu trop générale, il ou elle vise un point d’arrivé spécifique et essaye de s’en approcher – ou, si cela est approprié, vise directement le trou.

En rugby, l’équivalent est de viser un point noir sur un seul poteau ou un numéro de siège en tribune. Si vous pouvez viser un point spécifique et l’atteindre, c’est fantastique ! Cependant il y a toujours une place pour l’erreur – si vous loupez de peu ou si l’erreur est acceptable, quand vous vous retrouverez face aux poteaux, vous n’aurez aucun soucis à vous faire.

Tout le monde applaudit dans la foule, vous pouvez revenir dans votre camp et vous dire “ce n’est pas mon meilleur coup de pied, mais bon, c’est trois points”. C’est ce qui m’arrive.

Exercice pratique

Pour chaque type de jeu au pied, n’effectuez pas mécaniquement des répétitions incessantes. Essayez de vous concentrer sur des petits défis. Pour des coups de pied de volée, tirez cinq fois à droite, cinq fois à gauche, une autre série à droite et enfin une dernière à gauche. En procédant de la sorte, vous donnez des limites à votre exercice et vous pouvez vraiment vous concentrer sur chaque tir.

Si vous tirez toujours de la même façon, vous vous retrouverez avec des bons tirs, des mauvais, un bon, un horrible, trois corrects, trois bons et un mauvais. Ainsi vous perdrez le fil sur le facteur qui rend vos tirs bons ou moins bons. Et ceci n’est pas aidant ! Il est bien plus intéressant de faire un nombre précis de séries avec un vrai “focus” (concentration).

Il est aussi important de les mélanger, de varier les tirs. Quand je m’entraîne, je peux faire par exemple :

  • 1 renvoi
  • Quelques coups de pied vrillés
  • Quelques drops
  • 2 tirs au but
  • 2 autres renvois
  • 6 coups de pied de volée

Varier les tirs permet de simuler les conditions de match. Cependant cela ne signifie pas qu’il n’est pas judicieux de s’accorder un temps spécifique pour les tirs au but ! Mais je m’assure que cette séance spécifique est réalisée tôt dans la semaine.

Plus je me rapproche du match, plus je varie mes coups de pied pour m’assurer d’être performant sur un large panel technique que je peux être amené à faire lors de la rencontre. C’est ce qui fait toute la différence quand  vous devez exécutez des tirs sous pression.

L’expertise de Dave Alred

Dans la pression des matchs, il est très compliqué de taper la balle parfaitement. Vous ne pouvez garantir la qualité de la passe, votre orientation sur le terrain, le comportement de l’équipe adverse et où le vent souffle. Il est important de taper suffisamment bien dans un court laps de temps quand vous êtes sous pression.

C’est une bonne idée d’avoir un ou deux indices (points de repère) vous permettant de faire ceci. Pour moi (Dave Alred), je pense à me concentrer sur le milieu du ballon et j’essaye d’y connecter les os de mon cou-de-pied. Cela permet normalement d’avoir assez de puissance dans la direction que je veux pour me sortir d’affaire.

Certains joueurs se sentent en sécurité en plaçant leurs mains en-dessous du milieu du ballon juste avant de le lâcher, et de frapper là où la main se trouvait.

Un autre point de repère est de vouloir tirer en direction de la cible quand vous contactez la balle, en étant sûr de finir sur les orteils. Cela aide pour un bon transfert de poids et d’énergie.

Garder son épaule opposé devant vous aide à déplacer votre poids de corps dans la direction où la balle va !


Merci pour votre lecture sur les fondamentaux du jeu au pied par Jonny Wilkinson, n’hésitez pas à réagir dans l’espace des commentaires ci-dessous !

Si vous le souhaitez, procurez-vous le livre de Jonny Wilkinson How To Play Rugby My Way

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages