La pratique du tir au but implique un grand sens de la répétition et du mimétisme pour maîtriser ce geste si spécifique qu’est l’action d’envoyer la balle entre les poteaux depuis un tee. On répète ses gammes, on s’applique à faire tout le temps le même geste encore et encore. Sans qu’on y prête attention la routine s’installe peu à peu. La routine est un effet pervers de cette nécessaire répétition.Malheureusement, l’environnement devient lui aussi très routinier. L’entraînement se déroule sur le même stade, sur la même moitié de terrain etc. Ce contexte ne produit que trop peu de nouveauté, de créativité et de challenge. Pouvoir varier ses entraînements, tout en conservant une cohérence dans les objectifs travaillés est l’assurance de ne pas s’enfermer dans sa zone de confort et de toujours garder une certaine forme d’émulation. Comment prévenir ce risque d’enfermement, d’ennui et de lassitude ? La solution se situe du côté du ludique et du jeu. Comme vous l’avez certainement remarqué dans mon précédent article, la pratique du rugbygolf se veut essentiellement ludique.

Pourquoi l’aspect ludique est si primordial ?

Étymologiquement le terme “ludique” vient du latin “ludus” qui signifie “jeu, amusement” selon le Wikitionnaire. Le terme ludique renvoie donc directement à la question du jeu. Le jeu n’est pas réservé à l’enfant en bas-âge bien au contraire. Dans son livre Jeu et Réalité, D.W.Winnicott, psychiatre et psychanalyste de renom, dit que « l’activité de jeu facilite la croissance et par la même, la santé » et ajoute que « c’est sur la base du jeu que s’édifie toute l’existence expérientielle de l’homme ». Notre développement et notre santé prennent racine dans l’activité du jeu. S’il est parfois relié à des notions de plaisir futile ou de divertissement, le jeu reste essentiel, à tout âge de la vie.

«Le jour où on oublie que c’est un plaisir , je crois que c’est un peu la fin » Philippe Rougé-Thomas (ancien joueur du Stade Toulousain, international, formateur). Reportage ICI

La pratique du RugbyGolf offre une magnifique opportunité de sortir du cadre connu et routinier de sa séance classique d’entraînement pour jouer différemment et peut-être jouer de nouveau !

« On devrait proposer le jeu comme on prescrit un médicament» Aristote

Fini la solitude, bonjour la rencontre !

Dans un club de rugby, les buteurs ne sont pas légion, ils se comptent sur les doigts d’une main. Dans les clubs amateurs, la quantité de travail spécifique sur le jeu au pied par botteur peut varier du tout ou rien. Les occasions de s’entraîner réellement ensemble, sont parfois rares.

En match il est trop tard, le seul buteur se trouve en face de vous, avec le “mauvais maillot”.. Pas facile de lui demander des conseils sur la qualité de votre traversée de balle ou sur la précision de votre pied d’appui…

Avec le RugbyGolf, terminé les entraînements solitaires, vous allez rencontrer d’autres buteurs, avec une toute autre technique vision que vous. En réalité, tout sera différent : le tee, les pas, l’angle d’attaque, la traversée etc. Et pourtant vous pratiquez  la même activité. Profitez d’une partie de RugbyGolf pour vous nourrir de toutes ces différences !

“La différence est une richesse, qui n’apparaît qu’aux esprits clairs”. Shurik’n (IAM)

La structure intrinsèque d’une partie de Rugbygolf offre de nombreux moments pour discuter et échanger. Même si c’est une compétition, il est tout à fait possible de demander à un partenaire son avis sur l’aspect technique parce que ça reste bon enfant, ce n’est pas la coupe du monde… pas encore ! 😉

Si votre partenaire envoie des missiles toute l’après-midi et enchaîne les birdies, osez être curieux et profitez de son expérience. Pour ma première partie de RugbyGolf, c’est grâce à une discussion avec mes partenaires du jour et à leur regard que j’ai pu améliorer ma technique de passe et finir le parcours en évitant les bogeys !

Fini la répétition du même, bonjour la diversité !

Depuis le tee de départ, la mise en jeu, vous met en jeu !

Le risque quand on s’entraîne à buter,  c’est de s’enfermer dans une routine. Au-delà de la réalisation technique du tir au but qui tend à devenir stable, les entraînements et l’environnement sont eux trop prévisibles. L’entraînement se déroule sur le même stade, très souvent sur la même moitié terrain. De ce fait, on bute avec les mêmes repères visuels, les mêmes “courants d’air”, les mêmes ballons etc. Dans ce contexte, la monotonie n’est jamais bien loin !

Dans une compétition de RugbyGolf, aucun trou n’est identique donc aucun départ n’est semblable. Avant votre mise en jeu,vous avez à réfléchir sur la cible que vous prenez et sur la trajectoire de balle à adopter pour être dans les meilleurs conditions possibles pour le coup suivant. La prise en compte d’une pluralité de facteurs environnementaux induit une gymnastique mentale bénéfique qui permet naturellement de se décaler de l’aspect mécanique et répétitif du tir au but. A partir du départ, vous composez et créez votre coup. 

Exemple : Au départ, il y a une grande montée devant vous à 40 mètres.. Faut-il tenter de passer par dessus ? Au risque que cette pente freine et renvoie votre ballon bien plus bas ? Ou alors taper un coup contrôlé pour arriver en bas de la montée et vous laisser un second coup jouable les pieds bien à plats ?

La dimension de création est très présente au golf. Quand un golfeur arrive devant sa balle, il doit imaginer et donc créer le prochain coup à partir de ses capacités personnelles et de l’environnement extérieur. Pour le RugbyGolf, c’est identique ! Il me semble que les trois questions essentiels à se poser pour chaque coup sont :

– Où est-ce que je veux que mon ballon atterrisse ? Quelle est cette cible ?
– Est-ce que cette cible est judicieuse pour le coup suivant ?
– Dans quelle direction vais-je faire partir ma balle ?

Si la dernière question peut surprendre, la réponse n’est pas toujours : “je veux que ma balle aille tout droit, vers ma cible”. Une frappe se compose avec les pentes du golf et la réaction du ballon dans ces dernières, le vent, et l’effet naturel que l’on donne au ballon avec notre style de frappe.

Vous pouvez retrouver un article intéressant sur la question de la cible dans la pratique du golf  ici

Les coups sur le parcours

La diversité du RugbyGolf se trouve aussi dans la manière de jouer après l’engagement du départ. Sur le parcours vous avez le choix d’avancer soit à la main soit en réalisant un coup de pied de volée. La solution la plus pertinente quand on se trouve à plus de 15-20 mètres du trou reste quand même l’utilisation du jeu au pied. Et là encore vous avez le choix entre taper le ballon sur la pointe ou tenter un ballon vrillé aussi appelé “olive” ou “torpille”. En théorie, le coup de pied sur la pointe est plus précis et moins puissant. Le coup de pied vrillé est quant à lui plus puissant grâce à un phénomène de pénétration dans l’air plus important. Mais la trajectoire serait par contre plus aléatoire. Mais en théorie tout se passe bien…

Une fois que votre choix est fait, il reste à le réaliser le plus proprement possible. Une erreur de trajectoire peut se payer cash, surtout sur un golf vallonné. Le terrain induit des choix tactiques  pas toujours évidents. Quand certains préfèrent la prudence, d’autres choissisent “la solution offensive” pour atteindre le Podium ;). Le RugbyGolf a peut-être pour vocation de révéler votre tempérament de botteur :).

Les coups d’approche, nécessitant un bon contrôle de la distance, s’effectue en général sur la pointe. Là encore, des choix sont à faire entre jouer l’entrée du green ou tenter directement le drapeau au risque de le dépasser largement et de vous retrouver dans un bunker. A cette distance intermédiaire (15-20 mètres du trou), le coup de pied rasant peut très bien être la solution la plus pertinente.

Le bunker

Tiens, parlons en ! Au golf, le bunker peut vite devenir un enfer pour les joueurs amateurs. Au RugbyGolf, le constat est similaire ! Tout ballon qui atterrit dans un bunker devra être joué en drop ou “coup de pied tombé”. Le ballon doit donc faire un rebond sur le sol avant que le pied du botteur ne le frappe. Entre la qualité du sable (fin, mouillé, compact), les obstacles (les bunkers sont parfois un peu enterrés) etc, cette fosse de sable se révèle être un piège handicapant votre progression sur le parcours et votre carte de score ! Mieux vaut maîtriser à minima cette technique pour éviter la casse.. Je parle en connaissance de cause 😉

Sur le green

Après moult péripéties, nous voilà enfin sur le green. Ici point de pied, place aux mains avec la passe ! La passe correspond au “putt” du golf. Et les golfeurs le savent bien, le putting est un compartiment du jeu essentiel, peut-être le plus important. Les meilleurs golfeurs ne sont pas forcément les plus puissants, ils sont surtout redoutables sur les greens (cc Jordan Spieth). En effet, savoir envoyer la balle blanche à 200 mètres pour ensuite prendre 3 putts sur un petit green c’est ridicule et très frustrant ! Donc si vous venez au RugbyGolf pour vous défouler dans un ballon c’est bien, mais n’oubliez pas l’essentiel, les passes à la main. Être très performant au niveau des passes pour conclure le trou vous permet facilement de gagner 2 points sur votre carte de score final. Et 2 points sur un par 36, c’est une énorme différence.

Conclusion

Vous l’avez facilement remarqué, le RugbyGolf sollicite un grand éventail de compétences rugbystiques et notamment au niveau du jeu au pied (sauf peut-être les chandelles…). Si le RugbyGolf ne se substitue pas à vos séances d’entrainement classique, il représente une bonne opportunité de jauger vos qualités dans un cadre très différent et propice au jeu. Vous allez pouvoir aussi vous confronter à d’autres buteurs, et vous enrichir personnellement de ces différentes approches.

Points positifs

  • La notion de jeu, qui s’accorde très bien avec l’aspect compétitif
  • La richesse du bagage technique mise en oeuvre tout au long du parcours
  • La possibilité de partage avec d’autres personnes, notamment des buteurs expérimentés

Petits hics

  • Les rebonds peuvent parfois être très cruels avec les pentes d’un golf, malgré un très beau coup de pied… Sacré ballon ovale !
  • Les ballons utilisés ne sont pas des ballons de match type Virtuo ou Match XV. De marque Gilbert, ils se situent une gamme en dessous (et c’est compréhensible vu le prix d’un ballon de match). Leur tenue dans les airs et au niveau des rebonds au sol sont légèrement différents.
  • Les crampons étant interdit pour préserver le parcours, les chaussures de sport sont obligatoires. Les sensations de la frappe de balle en sont changées et la puissance souvent diminuée… 

 

Si vous avez déjà participé à une partie de RugbyGolf, je vous invite à laisser un commentaire pour nous partager votre avis sur les apports du RugbyGolf chez les botteurs. Merci pour votre lecture !

Site officielle RUGBYGOLF

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire







Téléchargez le guide gratuit du buteur !