Le dictionnaire amoureux du rugby est une petite bible en soi ! Il compile plus de 250 définitions rugbystiques de la plume de Daniel Herrero.

Daniel Herrero est un ancien joueur de haut niveau, professeur à l’Université de Nice puis il fut entraîneur de Toulon avec qui il sera champion de France en 1987. Auteur de nombreux livres traitant de l’Ovalie, du goût du voyage ou de sa terre natale, sa prose ne laisse personne indifférent tant son discours est habité, incarné, inspirant et émouvant.

Dans cet article, je reprendrais depuis ce Dictionnaire Amoureux la définition que Mr. Herrero donne de la traversée du ballon. Cette dernière peut en effet être le nerf de la guerre, le facteur X du tir au but. Loin des considérations techniques de cet aspect du tir, nous découvrions ici son bon mot, son Verbe, pour aborder la traversée du ballon par un autre regard, tout aussi intéressant !

“Traverser la balle”

C’est un bon botteur. Précis, subtil, appliqué. Il se concentre. Ses yeux font des allers et retours autistes entre les poteaux et la balle posée devant lui. Puis ils ne la quittent plus. Ils sont comme aimantés par elle, elle qui invite au voyage vers les nuages. Ils sont attachés à elle par un fil invisible. Alors le botteur s’élance et, dans un geste large, il vient la caresser pour qu’elle prenne son envol. Il ne la frappe pas, il ne l’agresse pas. Il l’accompagne. On dit qu’il la “traverse”, parce qu’il vise au-delà d’elle et que, dans la fluidité extrême de ce mouvement, elle semble alors ne plus exister.

La définition est courte, elle est belle et va à l’essentiel…

“Ses yeux font des allers et retours autistes entre les poteaux et la balle posée devant lui”

Le livre date de 2003 et pourtant il a fallut attendre les années 2010 pour trouver la quintescence du buteur avec un regard “autiste” en la personne de… Owen Farrell 😉

Regard spécial faisant des allers-retours entre ballon et poteaux… Owen Farrell a un regard très particulier pendant sa routine ! Crédit (Flickr) : Martin Dobey

Le regard est intriqué à la question de la cible. Vous pouvez retrouver ici un article très complet à ce sujet.

En résumé, le regard vers le ballon permet de fixer son attention sur la zone de la balle à contacter avec son pied.

Le regard vers les poteaux correspond en réalité à une prise de cible au-delà de ces derniers.

Les allers-retours du regard servent en général à imaginer et créer mentalement la trajectoire que nous souhaitons donner à la balle. Ainsi visualisée, il est plus facile de la réaliser.

Est-ce que le tir au but est une stéréotypie motrice pour buteur normotypé ? Vous avez 4 heures !

“Puis ils ne la quittent plus. Ils sont comme aimantés par elle, elle qui invite au voyage vers les nuages”

Au moment de s’élancer vers le ballon, les yeux ne quittent effectivement plus la balle. Cela permettra de répondre à la question que se pose parfois des buteurs amateurs : “que doit-on regarder au moment de la frappe ? Le ballon ? Les poteaux ?”

Une simple expérimentation permet de découvrir que la frappe nécessite une coordination oculo-pédestre.

Deux photos du même Owen Farrell permettront de mettre une image claire sur ce message :

Le regard d’Owen Farrell est orienté vers le ballon. Crédit : M+MD

 

Orientation du regard –> idem
Crédit : Charlie

“Il ne la frappe pas, il ne l’agresse pas. Il l’accompagne”

Nous sommes là au cœur du problème, mais aussi au cœur de la solution.

Quand j’entend au bord du terrain que l’on va frapper quelques balles pour signifier un moment d’entraînement de tir au but, je frôle l’arrêt cardiaque !

La syncope est proche aussi quand j’entend un bruit sec et sourd lors de la frappe d’un buteur. Au son, on devine de suite si le botteur accompagne la balle, ou s’il la martyrise…

Je n’ai pas envie de faire de répétition par rapport à l’article que j’ai consacré dans son intégralité à la problématique de la traversée du ballon. Vous le retrouverez ici.

Il ne s’agit pas de le frapper, ni de le pousser et encore moins de le cogner ! Le terme “accompagne”, employé par Daniel Herrero est particulièrement pertinent. Le buteur doit accompagner le ballon, vers sa cible, le plus possible, à l’aide de son corps et pas seulement de sa jambe de frappe !

Dans l’article cité deux paragraphes plus haut, vous trouverez des exercices concrets pour vous entraîner dans ce sens.

“On dit qu’il la “traverse”, parce qu’il vise au-delà d’elle et que, dans la fluidité extrême de ce mouvement, elle semble alors ne plus exister

Ici encore, l’essentiel est dit.

elle semble alors ne plus exister”.

La balle n’est donc absolument pas le point d’arrivé, mais seulement une étape dans un chemin beaucoup plus grand qu’est le tir au but ! 


Merci pour votre lecture chers amis buteurs, n’hésitez pas à laisser un commentaire !!! 🙂

Ce livre est véritablement enrichissant, bien au-delà de cette belle définition que j’ai partagé avec vous 🙂 !

Vous pouvez lire ici plus de commentaires sur Le Dictionnaire Amoureux du Rugby

Le Dictionnaire Amoureux du Rugby sur Amazon

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 24
    Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.







Téléchargez le guide gratuit du buteur !